Fragments d’un discours polyamoureux : le point sur un nouvel art d’aimer

LE PLUS. Refusant le schéma classique de la vie à deux, les polyamoureux peuvent aimer plusieurs personnes à la fois. Comment font-ils pour faire fi de leur jalousie ? Pour garder confiance en l’autre ? Magali Croset-Calisto, sexologue clinicienne et écrivaine, fait le point sur ce choix qui défie la norme et chavire parfois l’entendement.

Étymologiquement, le mot « polyamour » provient du grec et du latin signifiant « amours multiples ». Il fut tout d’abord utilisé dans les pays anglo-saxons sous l’appellation polyamory.

 

Le polyamour est une manière différente de vivre et de penser les relations sentimentales puisqu’il implique toujours plus de deux personnes. Ce choix de vie part de la constatation qu’une seule personne ne peut et ne doit être contrainte à combler tous les désirs et besoins d’une autre personne…

 

Continuer la lecture de « Fragments d’un discours polyamoureux : le point sur un nouvel art d’aimer »

Peut-on vivre heureux dans une relation amoureuse libre ?

Alain Héril, psychanalyste et sexothérapeute, aborde le sujet du polyamour. Peut-on vivre heureux dans une relation amoureuse libre ? Que signifie la fidélité, la jalousie ? Comment construire son couple sur une relation libre ? Ses conseils en vidéo.

Voir la vidéo

REMERCIEMENTS :

Alain Héril, psychanalyste et sexothérapeute (bit.ly/Alain-Héril)

Production : LED

Copyright : ©DOCTISSIMO 2016

Polyamour… Quand on aime on ne compte pas !

Par Grégory Escouflaire et paru dans le magasine « Ma Santé » du mois de mai 2008

Aimer plusieurs personnes à la fois, en toute franchise et sans souci de jalousie ? C’est possible, c’est le polyamour. Après des milliers d’années de monogamie instituée, l’amour à plusieurs tente une percée. L’Amour avec un grand A, non exclusif, non possessif, inconditionnel, universel ?

« Neuf personnes sur dix ne veulent même pas en entendre parler, et pourtant nous sommes tous des polyamoureux qui s’ignorent ! » L’homme qui parle s’appelle Yves-Alexandre Thalmann, psychologue et auteur du livre « Vertus du polyamour. La magie des amours multiples ». Magique ? Selon lui, il n’y a pas photo : « si nous persistons à rester monogames, c’est que nous avons été conditionnés à agir ainsi ! L’exclusivité amoureuse n’a en fait rien de naturel : c’est juste une invention culturelle – d’ailleurs, 70% des mariages se terminent aujourd’hui par un divorce.

Continuer la lecture de « Polyamour… Quand on aime on ne compte pas ! »

Vers une libération amoureuse

L’amour est, et restera toujours, ce à quoi nous ne nous attendions pas. Il nous surprend et nous déstabilise, jusqu’à parfois nous réduire en miettes. Parce qu’il dévoile le sens ou la misère de notre vie, et qu’il révèle nos forces autant que nos faiblesses. Tout cela à la fois. C’est une réjouissante catastrophe…

Aujourd’hui, manifestement, l’amour est à réinventer. Le couple traditionnel et monogame craque de tous côtés, comme un vieux névrosé. Mais, face à lui, la prétendue liberté sexuelle, purement consumériste et narcissique, a comme un goût de mort et de désolation. Inventons autre chose !

L’amour est un art et l’art est difficile. Habiter cette difficulté ne sera pas de tout repos. C’est pourtant la chose la plus belle que nous pouvons faire, ici et maintenant : l’Amour.

Continuer la lecture de « Vers une libération amoureuse »

Aujourd’hui, nous avons envie d’aller beaucoup plus loin.

Un beau jour de mars 2014, était sorti le numéro 421 de la revue S!lence –  : – Amours libres ! – pdf . On y parlait non-exclusivité, possessivité, féminisme et famille. La parole y appartenait aussi à celles et ceux qui vivaient les amours libres, notamment Jean et Nurja, du site polyamour.be.

Je l’avais coordonné, Alexe Lolivrel et Nicolas Henry avaient réalisé les principales illustrations.

Notre premier travail sur le sujet.

Mais en lieu et place de l’accomplissement promis, ce numéro se révélait plutôt petite porte vers un projet bien plus vaste. Quel dommage, n’est-ce pas, d’écourter la parole riche et intelligente des libre-penseurs et penseuses de la non-exclusivité amoureuse ? Si peu de place leur est donnée dans le numéro de S!lence…

Parce qu’il faut avoir vécu, expérimenté, pensé, parlé, encore et encore, et encore, pour emprunter les lignes de fuite du polyamour et poursuivre le chemin dans leurs bras. Continuer la lecture de « Aujourd’hui, nous avons envie d’aller beaucoup plus loin. »

La culture de l’Amour

L’Amour et ses représentations ne sont pas des banalités niaises à mépriser en passant, mais des vecteurs de souffrances et d’exclusions à combattre…

« – Vous êtes dans une relation Amoureuse ?

– Non, je ne dirais pas que c’est de l’Amour. C’est plus une amitié tendre, une amitié sexuelle, une chouette affinité, je ne sais pas. Mais de là à parler d’Amour… Le terme est un peu fort. »

Continuer la lecture de « La culture de l’Amour »

Amours libres [Revue Silence]

Au croisement de l’intime et du social, les relations affectives, la vie amoureuse, la sexualité sont traversées par des normes morales, des oppressions sociales, des enjeux politiques et des aspirations à l’égalité et à la liberté. La pluralité des choix et des stratégies pour vivre sa vie affective est quasi-infinie.

S!lence, revue mensuelle traitant d’écologie, d’alternatives et de non-violence, consacre son dossier du mois de mars 2014 aux Amours Libres. Elle choisit d’interroger des personnes qui ont fait le choix d’une vie affective et sexuelle décalée par rapport à la norme du couple monogame. Qui ont fait le choix de la « non exclusivité », que certains traduisent par « polyamour ».

Continuer la lecture de « Amours libres [Revue Silence] »

Quelle alternative au patriarcat ?

Par Agnès Echène, chercheuse en anthropologie culturelle

Valoriser un modèle social non conjugal

Nombre de réflexions relatives à maints problèmes contemporains évoquent, parmi les causes du mal qu’elles analysent, l’organisation patriarcale de notre société. Qu’il s’agisse de l’aliénation, du harcèlement moral ou sexuel, de la discrimination sexiste au travail ou en politique, de la violence conjugale masculine, du sexisme, de la prostitution, de l’homophobie, de la pornographie, de la pédophilie, etc., le patriarcat est fréquemment dénoncé comme responsable.

Continuer la lecture de « Quelle alternative au patriarcat ? »