Idées et valeurs du polyamour

Idées et valeurs du polyamour prônées par le mouvement polyamoureux fréquentant la Maison-Arc-en-Ciel à Bruxelles et sur ce site.

Nous, polyamoureux, sommes attachés à certaines idées et valeurs, que nous croyons susceptibles de contribuer à des relations amoureuses durables et épanouissantes :

Remarque : Il ne s’agit pas d’une charte ou d’un règlement mais d’une suggestion de balises afin que chacun puisse créer sa propre éthique amoureuse.

Liens relationnels

– Il n’y a pas qu’un seul modèle de relation amoureuse valable, chacun ayant la liberté de créer le modèle qui lui convient.

– Il est possible d’aimer plusieurs personnes en même temps sans qu’il ne faille retirer à l’un(e) ce que l’on donne à l’autre, notre capacité à aimer augmentant au fur et à mesure du développement de nos relations.

– L’envie de s’offrir à soi-même, ainsi qu’à son (ses) partenaire(s), la possibilité d’aimer plusieurs personnes simultanément ; ces relations amoureuses pouvant être de nature affective, sexuelle, intellectuelle ou spirituelle, ou n’importe quelle combinaison de ces quatre éléments.

– Un état d’esprit d’ouverture aux rencontres et aux relations, à la découverte d’autres univers, avec le souhait de laisser la porte ouverte aux potentialités, en s’autorisant à aimer si l’envie survient.

– Une nouvelle relation peut s’additionner aux relations plus anciennes sans nécessairement les chasser et les remplacer; les différentes relations pouvant s’additionner sans être concurrentes, se compléter et s’enrichir mutuellement de leurs différences.

– Le respect du caractère changeant des rythmes et des cycles du désir, permettant d’admettre qu’un creux dans une relation puisse être temporaire et n’entraîne pas nécessairement sa fin.

– Le souhait de maintenir des relations sur la durée, tout en acceptant leur impermanence, c’est-à-dire le fait que la nature et l’intensité de ces relations ne sont pas figées mais évolueront et se transformeront naturellement avec le temps.

– Une vision pleine d’innocence, de gaîté, de légèreté et d’absence de culpabilité de ce que sont les échanges amoureux et les relations intimes.

Relations au(x) partenaire(s)

– L’égalité et la réciprocité entre femmes et hommes, entre partenaires indépendamment de leur orientation sexuelle, dans le respect de la sensibilité et des spécificités propres à chacun.

– Le respect mutuel et la bienveillance entre partenaires, avec le souci d’éviter d’imposer ses vues, en recherchant le plus possible le consensus.

– L’absence d’appropriation de l’autre et d’exclusivité imposée, avec le souhait d’offrir à l’autre un espace de liberté où il/elle peut s’épanouir et se révéler pleinement. Cela implique la capacité à se réjouir du bonheur de l’être aimé, que ce bonheur se réalise avec ou sans nous.

– Le développement de l’autonomie affective afin d’éviter la dépendance amoureuse. Cela suppose de ne pas se sentir responsable et indispensable au bonheur de l’autre, ainsi que l’acceptation de ne pas être tout pour l’autre et qu’il ne soit pas tout pour moi.

– La volonté d’entretenir des relations franches, honnêtes et assumées à l’égard de son (ses) partenaire(s), dans le refus du mensonge et de la dissimulation, mais tout en maintenant le droit à un jardin secret et à l’absence de transparence totale. Cela suppose la capacité de communiquer entre partenaires de façon claire, explicite et non conflictuelle quant à ses émotions, sentiments et désirs.

– L’importance de la notion de fidélité, dans le sens du respect avec constance et bonne foi des engagements et des accords conclus entre partenaires, en vue de la création d’un lien de confiance durable.

– Un amour libre mais responsable, veillant à préserver au mieux l’estime, la sécurité affective et la confiance intérieure de l’autre, avec le souci d’éviter de blesser ses proches.

Relation à soi-même

– L’authenticité et l’honnêteté vis-à-vis de soi-même, en veillant à se respecter et à n’accepter que ce qui procure le sentiment d’être juste par rapport à soi-même.

– La conviction que la voie du polyamour n’est pas celle de la permissivité et de la facilité, qu’elle ne pourra être suivie avec bonheur que si elle est accompagnée d’un véritable travail sur soi, sachant que la pratique du polyamour constitue déjà une part de ce travail.

– L’envie de se réaliser pleinement au travers de ses diverses rencontres et relations, afin d’aller vers une meilleure connaissance de soi et de ses désirs, le développement et l’affirmation de toutes les facettes de sa personnalité, l’apprentissage de la confiance et de l’amour de soi, l’apprivoisement de l’égo, de la jalousie, de la peur de l’abandon, du besoin de comparaison et de la rivalité…

– La recherche d’une paix intérieure à travers la conciliation entre les pôles – en apparence souvent contradictoires – que sont la raison, les sentiments et les émotions.

– L’humilité de savoir que le polyamour est un apprentissage progressif et dans la durée, n’excluant pas les tâtonnements, les erreurs ou les remises en question. L’exigence de cette voie ne signifie cependant pas pour autant qu’elle soit utopique ou irréaliste, ni qu’il faille être totalement accompli pour l’essayer et y progresser.

Relations avec la société

– Un regard distancié et indépendant face aux règles morales et religieuses dominantes, tout en respectant ceux qui les suivent.

– Le souhait que le mode de vie et de pensée polyamoureux soit considéré par la société comme un modèle acceptable parmi d’autres.

Ce texte est fondateur de nos valeurs et à l’ambition de s’inscrire en relation privilégiée avec les valeurs communes des autres associations LGBTQI de la Maison Arc-en-Ciel.

Bruxelles, le jeudi 5 janvier 2012, Source :

Texte rédigé collectivement (voir sur le forum les étapes de construction, et commentaires) par les membres du site polyamour.be

3 Replies to “Idées et valeurs du polyamour”

  1. J’apprécie aussi cette mise en exergue des valeurs du polyamour.

    Et le titre est on ne peut mieux trouver. Le mot Charte a effectivement une idée de limitation, alors que le mot Socle suppose des fondations.

    Ca permet de développer des idées (ou des concepts ?).

    Merci.

Laisser un commentaire